HiStOiReS du BeNgALe et du SiKKiM
Qui suis-je ?

VOYAGES REELS et IMAGINAIRES au BENGALE et au SIKKIM en 2011.

Derniers articles
Menu
La carte des lieux visités


Rubriques
Mes amis
Liens

Newsletter

Saisissez votre adresse email

Page 1 sur 1
Page précédente | Page suivante

ENCHEY GOMPA (GANGTOK) (10.06.2011).


ENCHEY GOMPA

 

(Gangtok)

 

    
1

 

  
Le monastère bouddhiste d'Enchey est situé au nord de Gangtok, près de la grande tour de télévision.

C'est mon lieu préféré à Gangtok.

 En chemin, je traverse des espaces verts.

J'ai besoin d'échapper au bruit et à la circulation automobile. 

 

 

Par Tibet Road, la route monte jusqu'au City Millenium Garden, ouvert vers 2000 ou 2001, comme son nom l'indique.

C'est un jardin à flanc de côteau, créé au milieu des arbres. Un kiosque et des bancs, parmi les fleurs, favorisent le repos et la rêverie.

 Photographie macronumérique pour les fleurs. 

 La serre domine une zone militaire, avec un radar et des gardes.

 A la marre, j'observe le vol des libellules.

 Piétons et écoliers traversent volontiers le jardin, qui permet d'échapper un moment aux véhicules.

 

 

Pour accéder au quartier du Ridge, je remonte par un des escaliers, qui coupent à travers la colline.
 

Un rond point exhibe une statue de Nehru, au dessus du Ridge Park.
 

Près du kiosque et des bancs de ce petit jardin, la vue est belle sur les montagnes et la vallée.


 

Je visite en contrebas le Flower Exhibition Centre (10 Rs). 
 

Une grande serre protège une marre et un pont, autour desquels sont plantées de magnifiques orchidées. 
 

L'orchidée est la fleur symbole du Sikim, comme le panda rouge et le faisan doré en sont les animaux emblématiques.  

 

 

Les Indiens se photographient bruyamment au milieu des fleurs. Certains photographient les orchidées de la serre et y prennent goût.

 Dans la nature, ils n'y pensent guère...

Trop de monde, trop d'agitation me font sortir assez vite.

 

 

A la place Nehru, je marche entre deux grandes propriétés, avec la tour de télévision en point de mire.

Des raccourcis s'imposent car il se fait tard et la route en lacets est assez longue.

Un escalier raide, entre deux guérites militaires.
 

Puis un sentier grimpant à travers bois. Un ruisseau dévale la pente, submerge un tronçon du chemin.

 

 

2

 

 

 Contrairement à mes habitudes, j'arrive à Enchey en fin d'après-midi.
Franchi le portail d'entrée, une longue allée, ponctuée de centaines de tambours de prières colorés, monte jusqu'à la cour principale.
Sur les côtés, des stupas blancs à pointe dorée, sont reliés les uns aux autres par des drapeaux et des banières multicolores flottant au vent.

Je croise moines et moinillons en robes pourpres, descendant en petits groupes.
Un vieux moine monte avec difficulté à l'arrière d'une moto.

 

Certains commentent et rient.

 

 

Sous les fenêtres de chambres de moines, l'hygiène laisse à désirer. Tas d'ordures et odeurs garantis.

Des chiens déambulent silencieusement.

Avec un paradis d'odeurs à explorer...

 


Là-haut, autour de la grande pl
ace, les bâtiments sont fermés.
 

Les rares visiteurs indiens repartent vite. Après un tour de la cour, ils ne savent plus que faire.
 

Un peu désarçonnés peut-être, par l'indifférence des moines.

 

 

Jusqu'à la tombée de la nuit, je circule entre les bâtiments, prends des photos et j'écris dans la cour face au monastère.

 Le calme est souverain. Grande paix intérieure.

 Une conversation entre deux moines, des bruits légers d'animaux, un klaxon lointain en contrebas ponctuent le silence.

  
Les oiseaux s'en donnent à coeur joie jusqu'au crépuscule.
J'écris jusqu'à ne plus rien y voir.
Je reviendrai à une autre heure, notamment pour entrer dans la salle de prières. 
Et assister à une puja.

 

 

Lionel Bonhouvrier.



Lien permanent
Publié à 08:44, le 10/06/2011 dans F1. ENCHEY GOMPA (Gangtok), Gangtok
Mots clefs :